Le restaurant italien Da Roco et son bar, le Da Nico, rue Vivienne. Crédit photos : Jane Roussel / ParisBouge.com.

Galerie Vivienne, la légendaire boutique Jean Paul Gaultier aux murs blancs capitonnés par Starck a fermé ses portes et laissé place à un immense restaurant. Après Roca, Roco et Rococo, Alexandre Giesbert et Julien Ross remettent le couvert dans la trattoria Daroco. Idéalement calée entre baies vitrées et boutiques de jouets anciens.

Au restaurant Daroco, le menu est familier. Les pizzas au feu de bois, qui diffusent leur parfum dès l’entrée, sont similaires à celles du Roco, petite pizzeria du 17ème. La Marco Marco, favorite du chef, cumule jambon corse et gorgonzola crémeux, produit par Terra Candido, recouvert d’une traînée de persil. Les traditionnelles linguine alla carbonara s’installent naturellement sur la liste des primi piati, quand le filet de dorade prend place du côté des secondi piati. En dessert ? La panna cotta coulis rhubarbe verveine côtoie un tiramisu parsemé de noisettes croustillantes, un poil sec. La carte des vins, établie et conseillée en live par une sommelière, s’équipe de brevages essentiellement italiens, autour d’un large éventail de prix.

Passée la façade vitrée encadrée de fer forgé, l’espace est méconnaissable. Seul clin d’œil à l’ancienne boutique de mode ? Les marinières des serveurs, signées le Slip Français. Le marbre vert des tables se mélange habilement aux plantes verdoyantes et au velours bleu canard des banquettes. Si le béton ciré contraste avec le chic des luminaires suspendus au centre de la pièce, c’est le miroir intégral au plafond qui épate. Toute la salle s’y reflète et donne l’impression d’un décor à 360 degrés. La mezzanine perchée au-dessus du bar, avec sa moquette exotique et ses tables en bois arbore un look plus cosy.

Mais le restaurant italien Daroco ne s’arrête pas là. Derrière le four à pizza se glisse son pendant mixologique : le Danico. Fruit d’une collaboration avec Nico de Soto, barman inventif déjà à la tête des cocktails du Mace à New York, le petit bar se déploie sur deux étages sous un puits de lumière. Un poil secret, on n’y accède qu’en traversant le restaurant, mais on y boit indépendemment une série de cocktails délicieusement alambiqués. Un L’herbe est toujours plus verte ailleurs à base de Shochu, thé aiguilles d’argent et gazon, par exemple.

Daroco, 6 rue Vivienne, 75002. Ouvert tous les jours du 12h à minuit. Menu à l’italienne à 48€. Pizza entre 11€ et 18€. Danico, ouvert tous les jours de 18h à 2h. Cocktails entre 13€ et 16€.

Crédit photos : Jane Roussel / ParisBouge.com.

A lire aussi

Café Foufou, coffee shop du côté d'Oberkampf

Le Bien Venu, restaurant de l'Hôtel Bienvenue

Kasha, crêpes et cocktails dans le 10ème

Restaurant Carbón, rendez-vous enflammé rue Charlot

Neighbours, le petit nouveau des coffee shops

Restaurant Eels, l'adresse de la rentrée

ParisBouge.com