Crédit photo : Clément Cogitore, L’Intervalle de résonance, 2016. Photogramme, courtesy de l’artiste.

Trois expositions parallèles viennent compléter la saison d’été au Palais de Tokyo. Clément Cogitore présente son dernier film, quand des street artists investissent les souterrains du Palais. À l’honneur dans Le Palais des monteurs, les œuvres des artistes qui s’occupent habituellement d’installer les expositions chaque saison.

Clément Cogitore : L’intervalle de résonance, rapide virée dans une aurore boréale

Plongé dans le noir, confortablement assis dans un large pouf, on se laisse porter par l’histoire filmée de Clément Cogitore, baptisée L’intervalle de résonance. Ses images retranscrivent des aurores boréales et certaines des mythologies qui y sont associées. Peut-on entendre le son de ce phénomène insaisissable ? La science dit que non, mais les chiens tendent l’oreille à chaque apparition. À mi-chemin entre fiction et documentaire, sur fond de musique composée par les italiens Francesco Filidei et Lorenzo Bianchi Hoesch, on se plaît au voyage des sens dans lequel nous invite L’Intervalle de résonance de Clément Cogitore.

Lasco Project #6 : visite des coulisses du Palais de Tokyo sur le mode du street art

La sixième édition du Lasco Project fait visiter les souterrains méconnus du Palais de Tokyo. Dédié aux arts urbains, le programme né en 2012 a offert des morceaux du Palais à des street artists. Philippe Baudelocque a défriché un escalier en dessinant ses animaux aux lignes cosmiques à la craie blanche sur fond noir. Stelios Faitakis a composé sur le thème de l’insoumission, depuis Mai 68 jusqu’aux Indignés sur deux murs au fond doré ou argenté. JR et Osgemeos se sont associés dans un tunnel souterrain de l’envers du décor du Palais. L’histoire de ces espaces, utilisés pendant la Seconde Guerre Mondiale pour stocker des pianos spolliés aux Juifs par les Nazis, a inspiré la création des artistes. Des dessins de personnages se mêlent à la photographie de JR où trônent des pianos dans un décor presque saint, ponctué de cierges allumés. Finalement, Olivier Kosta-Théfaine utilise un briquet pour dessiner au feu des ciels calcinés sous trois coupoles, dans la tradition du vandalisme des cités.

Le Palais de Monteurs : 50 artistes, 50 œuvres

Le travail des monteurs dans une exposition n’est pas vue du public, ou du moins pas consciemment. Installateurs et désinstallateurs des œuvres, ils sont souvent aussi des artistes. C’est ce que rappelle cette exposition nommée le Palais des monteurs au Palais de Tokyo. Avec 50 œuvres d’artistes différents, réguliers collaborateurs du Palais, le musée leur rend hommage, sur 1500 mètres carrés, dans une exposition collective et plurielle. Photographie, peinture, dessin, sculpture, micros, macros, larges, lourdes, longues… Les pièces sont aussi éclectiques que leurs concepteurs.

Les expositions Clément Cogitore, Lasco Project #6 et le Palais des monteurs sont au Palais de Tokyo, 13 Avenue du Président Wilson, 75116 Paris. Jusqu’au 11 septembre. Tarif : 8€.

L'œuvre d'Olivier Kosta-Théfaine pour le Lasco Project #6
JR et Osmgemeos au Palais de Tokyo.
Stelios Faitakis : Elegy of May.

A lire aussi

Coluche, rétrospective d'une vie à L'Hôtel de Ville

Les aventures d'Hergé s'exposent au Grand Palais

TP-rama, Toilet Paper investit la Galerie des Galeries Lafayette

Le Grand 8 à la Réserve Malakoff : carte blanche au street art

ArtWork à la Manufacture 111 : le street art en résidence pour l'été

Street art et montres se rencontrent à la galerie Openspace

ParisBouge.com