Les hôtels, témoins des frasques des légendes du rock, accueillent des concerts mythiques dans leurs suites.

Des extravagances des Stones en passant par celles des Who qui ont fait de leur chambre d'hôtel le théâtre de leur démesure, il n'y aurait sans doute pas d'histoire du rock, sans palace. Dans cette droite lignée, Suite N°7 nourrit à nouveau le mythe depuis septembre dernier, en organisant des concerts très privés dans les plus grands hôtels français. Tu veux ton free access ?

Dans les seventies, la machine du mythe rock tournait à plein régime dans les grands hôtels. Certains comme le Chelsea Hôtel à New-York, ont même obtenu leurs lettres de noblesse en devenant le refuge inattendu des frasques quotidiennes de Bob Dylan, Jimi Hendrix ou encore Patti Smith. D'autres, grâce aux Doors avec Morrison Hôtel ou Leonard Cohen et son Paper Thin Hotel, sont devenus emblématiques de toute une génération de hippies plus ou moins assumés. Et puis il y a ceux qui ont payé le prix fort des extravagances d'un Led Zeppelin roulant en Harley dans les couloirs ou d'une Janis en pleine montée psyché. « Dans les hôtels, les histoires de dérives et d'abandon sont légion. C'est en partant de ces anecdotes que nous sommes arrivés à la conclusion que l'histoire mythique du rock s'était en grande partie écrite dans des chambres d'hôtels. Suite N°7 est le fruit de cette réflexion », confie Sarah la directrice de l'Agence Moderne, à l'initiative de ce projet un peu fou. Car, il en fallait du culot pour oser troubler la quiétude des palaces parisiens. « On collabore avec des artistes pas forcément connus mais qui sont emballés par le concept et se prêtent au jeu. Artistiquement, cela donne des concerts décalés et complètement incroyables », raconte Sarah. La première session a été inaugurée par Great Mountain Fire à l'Hôtel de Crillon. Surnommés « Les Phoenix belges » par les Inrocks, les bruxellois avaient pour l'occasion réinterprété tout leur album avec une batterie d'instruments acoustiques et exotiques. Ont ensuite suivi, Singtank à l'hôtel de la Cour des loges à Lyon, La Femme au Plaza Athénée et Esser à l'hôtel Carlton de Lille. Pour cette cinquième édition, c'est le britannique Jamie Lidell, petit protégé du label électronique Warp, qui présentera dans une suite de l'Hôtel de Sers son nouvel album en avant-première. Une soixantaine de privilégiés pourront toucher du doigt la légende rock à la seule et unique condition de raconter une des meilleures anecdotes autour de rockeurs. L'histoire est en marche...

La prochaine édition de Suite N°7 aura lieu le mardi 19 février à l'Hôtel de Sers. Pour y assister, envoyez vos anecdotes autour de rockeurs dans des hôtels à contact@suiten7.com.

Vous avez aimé cet article ?

Et si vous offriez un petit café à l'équipe de ParisBouge ?

 Offrir un café

A lire aussi

Villette Sonique 2016 : un dernier week-end de mai en musique

F.A.M.E festival à la Gaîté Lyrique : en route pour la 3ème édition

Nouvel an : les concerts pour le réveillon à Paris

Weather Winter : la version hivernale du Weather Festival revient à Paris

La Red Bull Music Academy s'offre Paris

Paris Musique Club : expos et concerts à la Gaîté Lyrique

ParisBouge.com